--> --> --> -->
Indolence de l'Éternité

Indolence de l'Éternité


Horloge dans un des salons de l'hôtel de Toulouse.


(...)
Ô plaisirs passagers de notre vanité !
Êtes-vous donc suivis de quelque éternité ?
Éternité de bien, éternité de peine,
Lorsque je pense à toi tu m'assèches la veine :
Ma plume ni mes vers ne peuvent plus couler,
Ma langue s'engourdit, je ne peux plus parler.
Gouffre d'éternité, tu n'as ni fond ni rive,
De la fin de tes jours jamais le jour n'arrive,
Et ce jour éternel qui toujours s'entre-suit,
Aux plus clairs jugements n'est qu'une obscure nuit.
Que si quelqu'un te nomme alors que je t'écoute,
Hélas ! éternité, mon esprit ne voit goutte.

Tous les siècles qu'on peut figurer par les sens,
Les cents de millions, les milliards de cents,
Ne font d'une minute une moindre parcelle,
Si l'on veut les marquer à l'horloge éternelle.

Condamner par arrêt un pauvre criminel
Aux brûlantes douleurs d'un tourment éternel :
Eternel, las! helas! pêcheur, un tel supplice
Le nommes-tu rigueur, le nommes-tu justice.

Arrête ce discours folle témérité,
Adore la Justice en la séverité
D'un tourment infini, dont la faute est punie
Du mortel offençant la personne infinie :
Viens admirer plutôt comme par l'équité
De la même Justice, une autre égalité,
Voulant recompenser les âmes vertueuses,
D'un bonheur infini, les rendra bien-heureuses.

Heureuse éternité, tes beaux jours que j'attends
Amèneront au monde un éternel printemps,
Une aurore sans nuit, un soleil sans nuage,
Et la tranquillité d'un calme sans orage.
Éternité, repos de nos esprits lassés,
Ainsi comme ont vécu tous les siècles passés,
Les siècles à venir vivront sans te connaître,
Le monde par sa fin commencera ton être,
Mais ce qui doit alors embellir l'univers
Ne peut être dépeint par le pinceau des vers.

Pierre de Marbeuf - Le Solitaire (extrait)

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2013-09-14 12:39:43
Appareil : Canon EOS 7D
Focale : 80 mm
Temps d'exposition : 1/10 sec
Ouverture : f/5.6
ISO : 3200
Indolence de l'Éternité

Indolence de l'Éternité


Horloge dans un des salons de l'hôtel de Toulouse.


(...)
Ô plaisirs passagers de notre vanité !
Êtes-vous donc suivis de quelque éternité ?
Éternité de bien, éternité de peine,
Lorsque je pense à toi tu m'assèches la veine :
Ma plume ni mes vers ne peuvent plus couler,
Ma langue s'engourdit, je ne peux plus parler.
Gouffre d'éternité, tu n'as ni fond ni rive,
De la fin de tes jours jamais le jour n'arrive,
Et ce jour éternel qui toujours s'entre-suit,
Aux plus clairs jugements n'est qu'une obscure nuit.
Que si quelqu'un te nomme alors que je t'écoute,
Hélas ! éternité, mon esprit ne voit goutte.

Tous les siècles qu'on peut figurer par les sens,
Les cents de millions, les milliards de cents,
Ne font d'une minute une moindre parcelle,
Si l'on veut les marquer à l'horloge éternelle.

Condamner par arrêt un pauvre criminel
Aux brûlantes douleurs d'un tourment éternel :
Eternel, las! helas! pêcheur, un tel supplice
Le nommes-tu rigueur, le nommes-tu justice.

Arrête ce discours folle témérité,
Adore la Justice en la séverité
D'un tourment infini, dont la faute est punie
Du mortel offençant la personne infinie :
Viens admirer plutôt comme par l'équité
De la même Justice, une autre égalité,
Voulant recompenser les âmes vertueuses,
D'un bonheur infini, les rendra bien-heureuses.

Heureuse éternité, tes beaux jours que j'attends
Amèneront au monde un éternel printemps,
Une aurore sans nuit, un soleil sans nuage,
Et la tranquillité d'un calme sans orage.
Éternité, repos de nos esprits lassés,
Ainsi comme ont vécu tous les siècles passés,
Les siècles à venir vivront sans te connaître,
Le monde par sa fin commencera ton être,
Mais ce qui doit alors embellir l'univers
Ne peut être dépeint par le pinceau des vers.

Pierre de Marbeuf - Le Solitaire (extrait)


Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2013-09-14 12:39:43
Appareil : Canon EOS 7D
Focale : 80 mm
Temps d'exposition : 1/10 sec
Ouverture : f/5.6
ISO : 3200