--> --> --> -->
La Femme Sans Teste

La Femme Sans Teste


Angle de la rue de la Femme Sans Teste (actuelle rue Le Regrattier) et du quai de Bourbon, sur l'île Saint Louis.


Le nom "rue de la Femme Sans Teste" et cette statue n'ont aucun rapport comme on pourrait le penser au premier abord...

Cette statue représentait Saint-Nicolas, saint patron des mariniers / bateliers. Elle a été érigée à cet endroit car le propriétaire de cet hôtel particulier du XVIIe était un riche armateur. Cette statue aurait été "décapitée" en 1793 par un certain révolutionnaire Coffinhal qui habitait alors cette rue (Jean-Baptiste Coffinhal ?).

La rue tire son ancien nom d'une toute autre histoire :
La grande majorité de la population de Paris était encore analphabète au XVIIe siècle. Les commerçants, à l'époque, rivalisaient d'inventivité pour leurs enseignes, afin que les gens ne les oublient pas. A cet endroit se tenait une taverne ayant pour enseigne une femme sans tête, tenant un verre à la main, avec comme devise "Tout est bon". La logique - tout à fait sexiste - voulait qu'une femme n'ayant pas de tête n'a pas de langue, et que chez une femme n'ayant pas de langue... tout est bon !
(« Femme sans teste, tout en est bon » serait même un proverbe répandu au XVIIe siècle...)

Juste à coté, par la fenêtre en demi-lune au-dessus de la porte au n°28 de la rue, on peut apercevoir la partie haute d'une sculpture en pierre, de dos, qui pourrait correspondre à la partie manquante de la statue faisant l'angle...
Coïncidence ?

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2010-04-11 16:13:43
Appareil : Canon EOS 500D
Focale : 47 mm
Temps d'exposition : 1/100 sec
Ouverture : f/7.1
ISO : 100
La Femme Sans Teste

La Femme Sans Teste


Angle de la rue de la Femme Sans Teste (actuelle rue Le Regrattier) et du quai de Bourbon, sur l'île Saint Louis.


Le nom "rue de la Femme Sans Teste" et cette statue n'ont aucun rapport comme on pourrait le penser au premier abord...

Cette statue représentait Saint-Nicolas, saint patron des mariniers / bateliers. Elle a été érigée à cet endroit car le propriétaire de cet hôtel particulier du XVIIe était un riche armateur. Cette statue aurait été "décapitée" en 1793 par un certain révolutionnaire Coffinhal qui habitait alors cette rue (Jean-Baptiste Coffinhal ?).

La rue tire son ancien nom d'une toute autre histoire :
La grande majorité de la population de Paris était encore analphabète au XVIIe siècle. Les commerçants, à l'époque, rivalisaient d'inventivité pour leurs enseignes, afin que les gens ne les oublient pas. A cet endroit se tenait une taverne ayant pour enseigne une femme sans tête, tenant un verre à la main, avec comme devise "Tout est bon". La logique - tout à fait sexiste - voulait qu'une femme n'ayant pas de tête n'a pas de langue, et que chez une femme n'ayant pas de langue... tout est bon !
(« Femme sans teste, tout en est bon » serait même un proverbe répandu au XVIIe siècle...)

Juste à coté, par la fenêtre en demi-lune au-dessus de la porte au n°28 de la rue, on peut apercevoir la partie haute d'une sculpture en pierre, de dos, qui pourrait correspondre à la partie manquante de la statue faisant l'angle...
Coïncidence ?

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2010-04-11 16:13:43
Appareil : Canon EOS 500D
Focale : 47 mm
Temps d'exposition : 1/100 sec
Ouverture : f/7.1
ISO : 100