--> --> --> -->
Victoire de Samothrace

Victoire de Samothrace


Victoire de Samothrace, Musée du Louvre.


La Victoire de Samothrace est une sculpture grecque de l'époque hellénistique. Elle consiste en un corps de femme ailée (à qui il manque aujourd'hui la tête), vêtue d'un chiton, sur un socle en forme de proue de bateau. L'ensemble mesure plus de 5,57 m et est en marbre : blanc de Paros pour la statue, bleu gris de Lartos (région de Rhodes) pour le socle. Elle semble dater du IIe siècle avant JC.

La statue représente Niké, déesse grecque personnifiant la Victoire (comme son nom l'indique : νίκη, "victoire" en grec ancien). L'ensemble apparaît avoir été édifié pour commémorer une victoire navale, bien qu'on ne puisse pas lui en attribuer une précise avec certitude. Il s'agirait sans doute d'une victoire de Rhodes, la plus puissante cité maritime de la Mer Égée à l'époque.

Il est intéressant de remarquer que la construction de ce monument constituait une véritable prouesse d'équilibre. La statue et la base sont indissociables, et elles ont été conçues comme un tout par le même artiste. Celui-ci n'a cependant toujours pas été identifié, l'inscription de dédicace ayant été perdue, et la Victoire ne figurant dans aucun témoignage antique.

Découverte en 1863 par Charles Champoiseau, vice-consul de France à Andrinople, son nom vient de l'île où elle a été découverte. Elle faisait en effet partie du complexe connu sous le nom de Sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace, un des plus importants sanctuaires panhélléniques.

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2011-04-06 17:46:22
Appareil : Canon EOS 500D
Focale : 18 mm
Temps d'exposition : 1/25 sec
Ouverture : f/3.5
ISO : 640
Victoire de Samothrace

Victoire de Samothrace


Victoire de Samothrace, Musée du Louvre.


La Victoire de Samothrace est une sculpture grecque de l'époque hellénistique. Elle consiste en un corps de femme ailée (à qui il manque aujourd'hui la tête), vêtue d'un chiton, sur un socle en forme de proue de bateau. L'ensemble mesure plus de 5,57 m et est en marbre : blanc de Paros pour la statue, bleu gris de Lartos (région de Rhodes) pour le socle. Elle semble dater du IIe siècle avant JC.

La statue représente Niké, déesse grecque personnifiant la Victoire (comme son nom l'indique : νίκη, "victoire" en grec ancien). L'ensemble apparaît avoir été édifié pour commémorer une victoire navale, bien qu'on ne puisse pas lui en attribuer une précise avec certitude. Il s'agirait sans doute d'une victoire de Rhodes, la plus puissante cité maritime de la Mer Égée à l'époque.

Il est intéressant de remarquer que la construction de ce monument constituait une véritable prouesse d'équilibre. La statue et la base sont indissociables, et elles ont été conçues comme un tout par le même artiste. Celui-ci n'a cependant toujours pas été identifié, l'inscription de dédicace ayant été perdue, et la Victoire ne figurant dans aucun témoignage antique.

Découverte en 1863 par Charles Champoiseau, vice-consul de France à Andrinople, son nom vient de l'île où elle a été découverte. Elle faisait en effet partie du complexe connu sous le nom de Sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace, un des plus importants sanctuaires panhélléniques.

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2011-04-06 17:46:22
Appareil : Canon EOS 500D
Focale : 18 mm
Temps d'exposition : 1/25 sec
Ouverture : f/3.5
ISO : 640