--> --> --> -->
Le Tracé de la Procession

Le Tracé de la Procession


Rue du Mont-Cenis, depuis la rue Saint-Vincent.


La rue du Mont-Cenis est une rue de l'ancienne commune de Montmartre, avant son rattachement à la ville de Paris en 1860. Cette voie fut appelé Chemin de la Procession, puis Petite rue Saint-Denis entre les rues Norvins et Marcadet, et rue Saint-Denis au-delà.
Son tracé se trouve en effet sur l'ancien pèlerinage de Saint-Denis, qui partait de la rive gauche de Paris (l'actuelle église Notre-Dame-des-Champs) pour aller jusqu'à la basilique de Saint-Denis.

Saint Denis était particulièrement vénéré par les parisiens. Il a été le premier évêque de la ville et y a été martyrisé : il aurait été supplicié par l'occupant romain dans la seconde moitié du IIIe siècle. Selon le mythe, on lui trancha la tête à Montmartre. Il la prit alors sous son bras et marcha jusqu'à un hameau au nord de la butte (aujourd’hui la ville de Saint-Denis), où il donna sa tête à une pieuse femme romaine nommée Catulla et finit par mourir : c'est le miracle de la céphalophorie (littéralement « transport de tête »).
Il est enterré non loin, à l'actuel emplacement de la basilique qui porte son nom. Dès le Ve siècle, sainte Geneviève développe son culte, et les premiers Capétiens en ont fait le protecteur du royaume : l'oriflamme était confiée à sa garde et le cri de guerre des Français l'invoquait (« Montjoie ! Saint-Denis ! »).

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, tous les 7 ans, une procession conduisait également les moines bénédictins de l'abbaye de Saint Denis jusqu'à l'abbaye de Montmartre (église Saint-Pierre de Montmartre). Ils portaient lors de ce parcours un reliquaire en or représentant la tête de leur saint patron. Le précieux chef était couronné d'une mitre d'évêque couverte de pierreries et de perles.
La procession marquait un premier arrêt dans une chapelle du village de Clignancourt, au pied de la butte (emplacement de l'actuelle mairie du 18ème, place Jules Joffrin). Là, des représentants de l'abbesse de Montmartre venaient à la rencontre des moines et les accompagnaient jusqu'au sommet.

Le dernière procession eut lieu en 1784, la Révolution Française y ayant mis un terme.

L'actuelle rue du Mont-Cenis fait quant à elle référence au massif des Alpes du Nord du même nom. Peut-être à cause du fait qu'elle soit très abrupte ?

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2012-10-15 15:18:50
Appareil : Canon EOS 500D
Focale : 15 mm
Temps d'exposition : 1/60 sec
Ouverture : f/8
ISO : 100
Le Tracé de la Procession

Le Tracé de la Procession


Rue du Mont-Cenis, depuis la rue Saint-Vincent.


La rue du Mont-Cenis est une rue de l'ancienne commune de Montmartre, avant son rattachement à la ville de Paris en 1860. Cette voie fut appelé Chemin de la Procession, puis Petite rue Saint-Denis entre les rues Norvins et Marcadet, et rue Saint-Denis au-delà.
Son tracé se trouve en effet sur l'ancien pèlerinage de Saint-Denis, qui partait de la rive gauche de Paris (l'actuelle église Notre-Dame-des-Champs) pour aller jusqu'à la basilique de Saint-Denis.

Saint Denis était particulièrement vénéré par les parisiens. Il a été le premier évêque de la ville et y a été martyrisé : il aurait été supplicié par l'occupant romain dans la seconde moitié du IIIe siècle. Selon le mythe, on lui trancha la tête à Montmartre. Il la prit alors sous son bras et marcha jusqu'à un hameau au nord de la butte (aujourd’hui la ville de Saint-Denis), où il donna sa tête à une pieuse femme romaine nommée Catulla et finit par mourir : c'est le miracle de la céphalophorie (littéralement « transport de tête »).
Il est enterré non loin, à l'actuel emplacement de la basilique qui porte son nom. Dès le Ve siècle, sainte Geneviève développe son culte, et les premiers Capétiens en ont fait le protecteur du royaume : l'oriflamme était confiée à sa garde et le cri de guerre des Français l'invoquait (« Montjoie ! Saint-Denis ! »).

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, tous les 7 ans, une procession conduisait également les moines bénédictins de l'abbaye de Saint Denis jusqu'à l'abbaye de Montmartre (église Saint-Pierre de Montmartre). Ils portaient lors de ce parcours un reliquaire en or représentant la tête de leur saint patron. Le précieux chef était couronné d'une mitre d'évêque couverte de pierreries et de perles.
La procession marquait un premier arrêt dans une chapelle du village de Clignancourt, au pied de la butte (emplacement de l'actuelle mairie du 18ème, place Jules Joffrin). Là, des représentants de l'abbesse de Montmartre venaient à la rencontre des moines et les accompagnaient jusqu'au sommet.

Le dernière procession eut lieu en 1784, la Révolution Française y ayant mis un terme.

L'actuelle rue du Mont-Cenis fait quant à elle référence au massif des Alpes du Nord du même nom. Peut-être à cause du fait qu'elle soit très abrupte ?

Tags & Catégories

EXIF

Date de prise de vue : 2012-10-15 15:18:50
Appareil : Canon EOS 500D
Focale : 15 mm
Temps d'exposition : 1/60 sec
Ouverture : f/8
ISO : 100